HLM en danger : rejoignez la mobilisation nationale

Le projet de loi de finances 2018 adopté par l’Assemblée Nationale en première lecture demande un effort de 1,5 milliard d’euros au monde HLM. Depuis cette annonce, Habitat de la Vienne s’allie aux autres bailleurs pour s’opposer aux mesures relatives au logement prévues dans ce projet.

 

1,5 milliard d’euros d’économie

Voilà l’objectif demandé par le gouvernement en matière d’effort financier aux bailleurs sociaux dès 2018. Une mesure phare de la loi de finances qui cristallise à ce jour toutes les tensions pour l’avenir du logement social. En jeu, l’article 52 de la loi de finances qui prévoit une baisse des Aides Personnalisées au Logement (APL) en 2018, compensée intégralement par les bailleurs sociaux via une baisse de loyer de 50 à 60 euros par ménage allocataire. En clair, cette baisse ne fera rien gagner aux locataires mais représentera une diminution, sans précédent, des recettes d’Habitat de la Vienne à hauteur de 4 millions d’euros, ce qui déstabilisera complètement son équilibre et la continuité de ses missions.

 

Les conséquences pour Habitat de la Vienne

Modèle de logement social quasi unique en Europe, le parc social français pourrait néanmoins être fortement remis en cause. “Jusqu’ici, nous construisions 200 logements neufs par an, souligne Henri Colin, Président d’Habitat de la Vienne. En 2018, nous ne pourrons nous engager que sur la construction de 80 nouveaux logements. En parallèle, nous devons préserver un fonds de roulement au bénéfice de nos locataires pour poursuivre nos actions d’entretien et de réhabilitation. Nous continuerons néanmoins de défendre nos locataires et leurs conditions de vie.” Concrètement, en affaiblissant encore un peu plus les moyens d’Habitat de la Vienne, les mesures, par ricochet, pénaliseront davantage les locataires et les personnes en attente d’un logement social : maintenance, réhabilitation du parc, construction de logements, accompagnement de proximité des publics fragiles sont autant de missions mises en suspens pour 2018.

 

L’avenir du logement social incertain

Acteur économique majeur pour le territoire, Habitat de la Vienne gère actuellement 11 432 logements sur 210 communes. A l’échelle nationale, l’impact de la loi en 2018 représenterait 54 100 constructions de logements en moins et 103 100 logements non réhabilités. Et les conséquences vont bien au-delà du monde du logement : toucher au loyer, c’est toucher indirectement aux capacités d’investissements et d’emprunt des bailleurs sociaux et, par répercussion c’est mettre en péril une économie, notamment dans le secteur du bâtiment où 146 000 emplois seraient menacés.

 

Si vous aussi vous souhaitez participer à la mobilisation, rendez-vous sur : http://union-habitat.org/le-mag/bloc-notes/sauvons-le-logement-social-signez-la-pétition